mardi 29 juillet 2008

Altruisme individuel




Superbe moto, dents abîmées, clairsemées, en mauvais état.

Que de questions. Véhicule marqueur social ? Pas évident. Prix des implants dentaires par rapport au prix d’une moto de luxe ?

Je m’installe sur la terrasse à quelques mètres de lui. J’essaye d’avoir une pensée généreuse, altruiste, de ne pas m’embourber dans un égocentrisme réducteur du style, moi si j’avais les dents dans cet état et les moyens financiers, plutôt que d’acheter une moto de luxe, je me ferais poser des implants……beauté, hygiène, bien être physique avant tout. Mon sens de l’observation aigu, acquis au cours de longues périodes d’inactivité fondatrice, d’observation passive et active, me permet de saisir instantanément et sans même lui adresser la parole le caractère profond de cet homme bon et généreux.

Cet homme est capable d’aimer la vie des autres, de s’oublier, de se réjouir d’autre chose que de ce qui le concerne directement, de comprendre et d’apprécier sans faire référence à sa petite personne, le monde qui l’entoure.

L’argent qu’il a mis dans sa superbe moto bleu ciel, ça n’est pas un acte égoïste, c’est une offrande au géni de la mécanique, du disigne. Un hommage aux ouvriers, aux ingénieurs, aux disigneurs. Comme un fervent chrétien du moyen âge faisant un don pour la construction de la cathédrale.

Cet homme aux revenus modestes et aux dents………serait capable de se priver de tout plaisir terrestre pour financer les études dentaires d’une nièce orpheline.

Bien qu’il fut installé sur la terrasse bien avant mon arrivée, le garçon pris ma commande en premier, sans que j’aie à manifester la moindre impatience. Le motard altruiste du réclamer aux moins trois fois avant que l’on daigne prendre sa commande.

L’égocentrisme c’est parfois utile tout de même !

La proie et l'hombre


jeudi 24 juillet 2008

Tourisme

On harnache les chevaux et on arnaque les touristes. Surtout pas le contraire, ne l'oublions jamais.

Tourisme équestre à Toulon


On harnache les chevaux et on arnaque les touristes. Surtout pas le contraire, ne l'oublions jamais.

Liberté


La liberté je ne l'ai jamais rencontré, l'égalité je l'ai toujours détesté, la fraternité mes soeurs m'en ont dégoûté. Alors je n'ai pas assisté au feu d'artifice du 14 juillet.

Athéisme


L'athéisme je n'y ai jamais crue.

............et seul l'archaïsme pourrait prétendre à la subversion.

Faux luxe


Le luxe que l’on croit acquérir par un travail honnête est un faux luxe, une contre façon, un erzat. Le vrai luxe est le fruit délictueux de l’inégalité, c’est dans la misère de la populace qu’il puise sa saveur.

mardi 22 juillet 2008




Un va et vient continuel du présent vers le passé, du passé vers le présent…….rien à voir avec la nostalgie. Le passé est une énergie, un carburant assurant la propulsion du présent vers l'avenir. Déplacement permanent dans le temps dans la mémoire et dans l’espace. L’image plane (tableau, photo, écran de cinéma, d’ordinateur) tend à abolir le déplacement du spectateur dans l’espace. Seul son regard va d’un point à un autre, se pause par ci, se pause par là….va et vient, revient et…….La perception de l’espace (sculpture, architecture, paysage….etc….) demande beaucoup plus qu’un simple va et vient du regard. Le corps doit se mettre en mouvement. Ce sont des mécanismes complexes, il n’y a pas d’ordre établi, chacun doit avoir son propre cheminement. Il en est de même pour ce blog….pas de début, pas de fin. Pas d’introduction ni de conclusion. Pas de paragraphe consacré à tel ou tel aspect d’une question. Ce blog est le carrefour de routes venant on ne sait d’où, allant on ne sait où. Le lecteur est un voyageur qui les l’emprunte, les quitte et les reprend……d’où vient il ? où va t’il ? cela est son secret.

Déroger au devoir de mémoir, s'aroger le droit à l'oubli.

Je ne serai jamais hâtthé car j'aime trop prendre mon temps.

Les émotions présentes agissent sur la mémoire que l’on garde des émotions passées. Tout se transforme perpétuellement, tout glisse. Une émotion peut nous faire aimer plus fort un lieu un objet ou un être que nous avons connu par le passé. Une émotion peut aussi nous séparer de ce que nous avons aimé, nous faire occulter le passé.

Emotions


…. Les émotions présentes permettent de mettre en forme les émotions passées, de les intellectualiser, de les transposer, de leur donner une traduction esthétique…….

Ce qui m’interpelle dans les souvenirs, ce ne sont pas les souvenirs en eux mêmes, déconnectés, isolés, folkhlorisés, mais la superposition des souvenirs de différentes époques, du passé et du présent, car il serait vain d’essayer de vivre pleinement l’instant présent en faisant abstraction, ablation du passé. Le présent n’est que le point le plus élevé d’un édifice que l’on nomme la vie.







PLACE DE LA LIBERTE

En cette fin d'après midi printanière, faisant bon usage de sa RTT, un cycliste consensuel et peut être même alter mondialiste met pied à terre devant un distributeur de billets de banques.
Bien que n'étant pas pourvu de membres inférieurs forts long notre homme a cependant cru bon (performance oblige) de régler la selle de son VTT en position très haute. Il s'ensuit d'énormes difficultés à maintenir l'équilibre sur sa bicyclette arrêtée. La jambe qui se termine par le pied touchant terre est tendue au maximum, un calle pied coince, emprisonne l'extrémité de l'autre membre inférieur et si l'on ajoute à cela le casque, les gants, les lunettes de soleil…………..L'extraction d'une carte bleue de la pochette abdominale a pour conséquence fâcheuse le déplacement vers les mains d'une grande partie de l'influe nerveux qui jusqu'alors était mobilisé dans les membres inférieurs. L'équilibre instable est menacé. La chute évitée de justesse, notre cycliste consensuel dés enfourche sa monture et l'appuie délicatement contre le mur dans lequel est encastré le distributeur. Introduction de la carte bleue dans la fente…………attention avant de composer votre code confidentiel assurez vous que…………………ne suivez jamais les conseils d'inconnus……………mais point n'est inscrit sur l'écran, ne lâchez surtout pas votre vélo pendant que………………. Un jeune prédateur évoluant plus vite que l'éclair bondit sur le VTT et disparaît : au voleur, au voleur…arrêtez le……trop tard…..vite le 112. Contrairement aux conseils prodigués par les écrans, je pense que l'on a tout à gagner en croisant la route de l'inconnu et c'est même la principale raison pour laquelle j'ouvre ce blog. Je ne me présente pas mais je ne me cache pas non plus. Vous qui intervenez en laissant des commentaires je ne vous demande pas de vous présenter mais si vous le jugez bon je n'y vois aucun inconvénient. Par contre j'insiste lourdement sur une chose : savoir n'est pas comprendre. Comprendre, connaître, n'a rien à voir avec une accumulation de renseignements soit disant objectifs, pragmatiques concernant l'objet ou la personne. Au contraire ces donnés empêchent généralement d'évoluer dans la connaissance de l'autre car elles le ramènent à d'autres individus que l'on a pratiqués et qui répondent aux mêmes critères objectifs. On a donc tendance à voir l'individu que l'on ne connaît pas encore, non tel qu'il nous apparaît, c'est-à-dire nouveau, mais à l'habiller du souvenir d'autres individus que l'on a connu, à qui on a eut à faire et qui répondent aux mêmes critères objectifs.
Il y a quelques années, un autostoppeur s'installant dans mon véhicule commença à se présenter…………age, situation familiale, profession…………..puis de but en blanc il me demanda si j'étais marié. Je lui répondis : ma femme oui, moi non et je le débarquais au premier carrefour.
Goulven2008

lundi 21 juillet 2008




La beautée est indéfinissable, on peut la cultiver et la circonscrire, l'aimer mais non la figer. La beautée n'existe pas sans la pensée. L'abscence de défauts n'est pas la beautée. La perfection n'est pas la beautée mais la beautée est inconcevable sans un désir de perfection. La beautée n'est pas démocratique, la tyrannie tue la beautée. Que faire? Continuer nos trajectoires cahotiques de dieux déchus et mener une guerre impitoyable à tout ce qui pourrait nous empècher de nous souvenir des cieux.

En résumé, chi è stupida non riuccira mai bella.
Goulven 2008